Sujet : La nouvelle stratégie radicale de BT

Jeu-questionnaire.

1. Lequel des produits suivants est fait avec des vessies de poisson séchées : a) des sushis, b) de l’huile de foie de morue, ou c) la bière ?

2. Lequel d’entre eux se trouve dans les extincteurs : a) des fragments de diamant, b) des peaux d’avocat, ou c) des sabots de vache ?

3. Quelle substance est utilisée pour produire des parfums haut de gamme ? a) des coquilles d’œufs, b) de la limaille de métal, ou c) des becs de calamars non digérés et vomis par des baleines ?

Si vous avez répondu ‘c’ à chaque fois, alors félicitations : vous êtes super intelligent ! Peut-être pas autant que l’était Alexander Fleming – l’homme qui a transformé la moisissure pour inventer les antibiotiques – mais probablement assez intelligent pour faire ce que British Telecom (BT) fait et utiliser quelque chose qui est généralement jeté comme un bébé avec l’eau du bain : les scores positifs Net Promoter Score.

Cela peut sembler évident, mais la stratégie de BT en matière de NPS est en fait incroyablement radicale. Comme la plupart des marques, elle prend très au sérieux les réponses négatives aux NPS et les utilisent pour améliorer l’expérience globale de leurs clients. Mais contrairement à la plupart des marques, BT utilise également les réponses positives – donnant aux clients ayant affirmé qu’ils seraient heureux de recommander BT à leurs amis, leur famille et leurs collègues la possibilité de le faire.

Et, en utilisant la plateforme de parrainage Buyapowa – qui s’intègre de manière transparente avec leurs outils NPS – BT n’a même pas eu à faire de travail de développement pour mettre les choses en marche. Cela a juste fonctionné – à l’échelle – en transformant ce que la plupart des marques considèrent comme un sous-produit inutile en un canal d’acquisition incroyable.

Alors, posez-vous la question : êtes-vous assez audacieux pour suivre l’exemple de BT ? Ou, pour retourner la question, êtes-vous assez audacieux pour l’ignorer ? Pourquoi ne pas prendre contact avec nous pour le savoir ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *